2) Michel Siffre et le rythme circadien endogène

 

2) Michel Siffre et le rythme circadien endogène :


En pleine guerre froide, on envisage de vivre sous terre dans des abris anti-atomique.
C'est pourquoi en 1966 Michel Siffre, géologue, tente de survivre en milieu hostile, isolé dans le glacier souterrain du gouffre de Scarasson des Alpes du sud pendant deux mois.

           
         
         Michel Siffre au milieu lors d'un retour à la surface


Il observe ainsi, que s'il est totalement incapable d'évaluer le temps qui s'écoule, son rythme : veille-sommeil reste circadien (8 heures de sommeil et 16 heures d'activité). 

C'est la preuve que le rythme circadien est endogène, c'est à dire qui est généré à l'intérieur du corps.
 
En 1972, il réitère l'expérience, pour 205 jours dans une grotte du Texas, cette fois ci avec du matériel de mesure et d'enregistrement.
On enregistre des rythmes de 24 heures pour la température, le pouls, les
hormones surrénaliennes, le comportement alimentaire, la vigilance, la force musculaire.
Cependant tout ses rythmes s'étaient décalés progressivement d'une demi-heure par jour.

 
De cette expérience, on tire la conclusion que les rythmes circadiens de l'homme sont en conditions normales, synchronisés à l'aide de facteurs extérieurs.
×